Critiques Cinéma

3000 NUITS (Critique)

3,5 STARS TRES BIEN

3000-nuits-affiche-cliff-and-co

SYNOPSIS: Années 80, à la veille des événements de Sabra et Chatila. La révolte gronde dans une prison israélienne, où sont détenues des prisonnières politiques palestiniennes. Layal, une jeune institutrice de Naplouse, vient d’arriver, condamnée à 8 ans de prison pour un attentat dans lequel elle n’est pas impliquée. Elle partage la cellule d’israéliennes condamnées pour droits communs et s’habitue progressivement à l’univers carcéral. Mais Layal découvre qu’elle est enceinte. Envers et contre tous, elle décide de garder l’enfant.

Les films, même les blockbusters de divertissement, sont des productions qui participent à la diffusion d’une culture, d’idées, d’idéologies. C’est notamment grâce à ses films et ses séries que la culture américaine fait aujourd’hui figure de référence mondiale quel que soit le pays. Pour faire entendre son histoire et ses versions de l’histoire, le cinéma arabe est depuis quelques années de plus en plus financé malgré un manque de moyens encore criant, 3000 Nuits est donc une production palestino-franco-libano-jordano-qataro-emiratie (oui, tout ça) et s’attaque au sujet particulièrement sensible de la Palestine et de son peuple. L’histoire démarre en 1980, deux ans avant qu’Israël ne prenne part à la guerre civile qui a ravagé le Liban entre 1975 et 1990. Layal se retrouve en prison après avoir été accusée d’avoir transporté en voiture un jeune palestinien qui a commis un attentat. Elle découvre un univers carcéral dans lequel les palestiniennes et israéliennes sont forcées de cohabiter et, malgré une situation commune, les haines extérieures sont plus présentes encore à l’intérieur de la prison. C’est au milieu de ces tensions que Layal découvre qu’elle est enceinte. Malgré les pressions elle choisira de garder l’enfant et de l’élever en prison.

3000-nuits-1-cliff-and-co

Selon le consulat de Palestine en France, un tiers de la population palestinienne est passée par les prisons israéliennes, cette histoire de mère qui élève son enfant en prison est donc inspirée de nombreuses histoires. Le mérite du film est de ne pas s’attarder sur les raisons de l’emprisonnement de chaque détenu. Excepté Layal et celle qui est décrite comme une “résistante libanaise”, on ne sait pas pour quelle raison les prisonnières sont là, que ce soit les israéliennes ou les palestiniennes, on ne se concentre ici que sur des humains, pas sur leurs éventuelles fautes. L’opposition entre les prisonnières palestiniennes et israéliennes est très manichéenne, mais dans un film de prison c’est classique et attendu, le renforcement de l’effet communautaire conduisant à un durcissement des relations entre des communautés qui se renferment sur elles-mêmes, l’opposition parfois violente des prisonnières israéliennes envers les détenues palestiniennes ne choque pas. Les gardiennes et la chef de la prison sont également très caricaturales et c’est par contre là que le film pêche. Si l’idéologie de la directrice est rapidement évacuée et ne suffit pas à justifier son attitude inutilement agressive, la réalisatrice Mai Masri ne prend même pas la peine de développer le personnage de la gardienne en chef, qui est simplement un cliché débile gratuitement méchant et cette caricature est dommageable car elle nuit à la crédibilité du film et, par-là, à son message. Les trois “méchants” du film ne sont que ça : des vilains méchants. Leur motivation n’est jamais mise en avant, leurs personnages ne sont jamais développés, ils ne font que symboliser les facettes de la violence : la violence administrative, la violence physique et la violence verbale et c’est fort dommage.

3000-nuits-3-cliff-and-co

La réalisation fait la part belle aux jeux de lumière de ce soleil écrasant qui force presque chacun à se réfugier dans sa cellule pour échapper à la lourdeur palpable. Le film ancre également le massacre de Sabra et Chatila comme élément indissociable de l’histoire palestinienne comme il l’est de l’histoire israélienne (voir Valse avec Bachir par exemple) et libanaise. Un point focal autour duquel doivent se résoudre les conflits de ces imaginaires collectifs.

3000-nuits-affiche-cliff-and-co

Titre Original: 3000 NIGHTS

Réalisé par: Mai Masri

Casting :  Maisa Abd Elhadi, Nadira Omran, Raida Adon,

Abir Haddad, Karim Saleh, Zaid Qoda’ …

Genre: Drame

Sortie le: 04 janvier 2017

Distribué par: JHR Films

3,5 STARS TRES BIENTRÈS BIEN

Advertisements

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s