Critiques

ALEX HUGO (Critique Épisodes Soleil Noir / La Dame Blanche) Des Montagnes et des Hommes

4,5 STARS TOP NIVEAU

ALEX HUGO (SAISON 4)

SYNOPSIS: À Lusagne, au cours d’une excursion, une fillette disparaît dans la montagne. La monitrice de colonie de vacances partie à sa recherche est retrouvée morte. Son corps porte des traces de coups violents. Justine, la gamine, n’est pas la première venue : c’est la filleule d’Angelo. Il l’aime comme sa propre fille. Autant dire que notre flic rural d’ordinaire plutôt débonnaire n’est pas à la fête. Les recherches s’organisent….

A l’ombre d’un Soleil Noir, cette saison 2 se profile sous les meilleurs auspices, avec un premier épisode ultra maîtrisé, traversé d’un éclair de folie. Une intrigue en puzzle qu’il est malaisé de reconstituer, et qui laisse un large spectre d’interprétations possibles des événements. Un suspect atypique, figure centrale du récit car élément clé de l’énigme, qui permet une mise en scène bien différente des enquêtes un brin ronflantes de la saison 1, avec quelques fulgurances photographiques splendides.

Nos impressions étaient globalement bonnes, quant aux premières armes d’Alex Hugo mais avaient suscitées des bémols aussi. Et c’est assez amusant et satisfaisant de constater que le tout s’est bonifié comme du bon vin, que les défauts se sont comme gommés d’eux-mêmes (chapeau aux scénaristes qui ont quand même bien bossé). C’est un peu comme si, cette fois, le programme faisait vraiment corps avec son décor, son pitch, tout… sans plus avoir de réserve à être le cousin bouseux de tous ces grands flics citadins. La mise en scène, à cet égard, est bien plus fluide, plus agréable, plus lisible, en même temps que le rythme s’est ajusté, haletant dans Soleil noir. On y retrouve la rugosité organique des éléments, et la rudesse des rapports humains.

La série semble aussi bénéficier de davantage de moyens. Et, alors que le cadre se remplit, ironiquement il se rétrécit aussi. Les grands espaces se font presque étriqués, d’un coup. Vaste souricière prompte à déceler maintes tragédies, à garder maints secrets sous sa coupe. Voilà les hommes pris à son piège, mirage de liberté qui les aliène pour toujours à ces montagnes antédiluviennes. Un terrain d’investigation parfait pour La Tendresse, ce solitaire un brin mutique si intuitif qui ne se sent lui-même qu’à l’écart des autres. En l’occurrence, le lonesome cow-boy fait vraiment cavalier seul. Armé de sa seule confiance, Alex Hugo décrypte, écoute, attentif aux murmures discrets et simples qui se heurtent à la furie humaine. Un épisode sous haute tension, âpre, viscéral, interprété au cordeau avec, et c’est formidable, une large place laissé aux seconds couteaux, pour une mise en scène au millimètre. Ni la montagne, ni Alex Hugo n’ont encore livré tous leurs secrets. Et c’est un régal de continuer à les découvrir dans une seconde saison qui s’annonce bien meilleure que la précédente. Un gage de maturité.

4 STARS EXCELLENT

Épisode La Dame Blanche

SYNOPSIS: Au petit matin, dans la montagne, une voiture roule à une allure normale sur une route droite et sans obstacle. Pourtant, brutalement, elle fait une embardée suivie de plusieurs tonneaux, avant de s’immobiliser. Le passager, Pierrot Clément, propriétaire d’un restaurant d’altitude au-dessus de Lusagne, meurt sur le coup. Présent sur les lieux, un témoin a cru voir une forme blanche à l’intérieur du véhicule, qui a ensuite disparu. Alex Hugo découvre qu’une autre apparition de la «Dame blanche» a eu lieu au même endroit, quelques années auparavant, juste avant un autre drame…

Moins trépidant que Soleil Noir, ce 2.2 continue malgré tout sur le même niveau de maturité que l’épisode précédent, avec une intrigue aux frontières du réel. La Dame Blanche explore à sa façon la superstition folklorique de ce spectre de femme hantant les bords de route et emportant dans son sillage les âmes des pécheurs peu miséricordieux. Un postulat de départ alléchant, qui permet néanmoins à ce cher Alex Hugo de garder les pieds bien ancrés sur terre, avec une intrigue qui retrouve les rails d’une réalité cruelle et tristement factuelle.

Ici, la montagne montre son vrai visage : farouche et implacable, imprenable et avare. Elle est, comme le dit un personnage, « tel un tombeau », et ne rend pas ce qu’elle a pris, jamais. Il règne sur cet épisode une impression funeste, quasi mystique, parfaitement en adéquation avec son thème – jusque dans l’esthétique de la série, qui se pare de blanc pour l’occasion – sans que rien ne paraisse ultra bizarre pour autant. L’histoire tient la route, contrairement à la première victime qui perd le contrôle de son véhicule dans une scène d’ouverture remarquable, qui atteste de notre savoir-faire très français pour les crashs automobiles (à l’instar du récent car crash vu dans La vengeance aux yeux clairs, d’ailleurs). On note encore le bénéfice d’un budget sans doute étoffé, ou en tous cas mieux dépensé, dans une mise en scène claire, plus lisible, parcourue de rebondissements parfois détonants et de secrets très déroutants (le meilleur point de cette saison 2 reste quand même l’éviction pure et simple de l’enquêtrice Caroline Wacquier, antipathique au possible). Quelques sueurs froides et beaucoup d’émoi nous attendent au tournant.

Et si on savait La Tendresse très à l’écoute de ses semblables – surtout de ces dames – mais cette histoire de Dame Blanche nous confirme son étonnante ouverture d’esprit. Il en faut pour envisager tous les possibles et en tirer, fibre après fibre, un fil conducteur tangible. Il se remet même à gribouiller, pour notre plus grand plaisir. Et à moduler sur la partition très libre que sa compagne et lui composent au jour le jour. Le flic au grand cœur n’a décidément pas fini de nous émouvoir.

Crédits: France 2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s