Critiques

MR ROBOT (Critique Saison 2) Piraterie de haut vol

4,5 STARS TOP NIVEAU

mr robot s2 affiche cliff and co

SYNOPSIS: Elliot est un jeune programmeur anti-social qui souffre d’un trouble du comportement qui le pousse à croire qu’il ne peut rencontrer des gens qu’en les hackant. Il travaille pour une firme spécialisée dans la cyber-sécurité mais un homme connu sous le nom de Mr Robot l’approche un jour pour faire tomber une compagnie surpuissante qui fait partie de celles qu’il doit justement protéger…

ATTENTION SPOILERS INSIDE

Mr Robot avait été l’un des succès surprise (et amplement mérité) de 2015 et une saison deux s’imposait dès lors comme une évidence. Le créateur Sam Esmail et toute son équipe de joyeux lurons ont repris le fil de leur histoire exactement là où ils l’avaient laissé et confrontent nos personnages aux conséquences de leurs actions. On ne peut pas sortir du plus gros hack de l’histoire des États-Unis sans cicatrices, et quand votre protagoniste est un jeune homme asocial doté d’une prédilection pour la morphine et une tendance à la schizophrénie, les choses ne peuvent que se compliquer.

Quand on le retrouve au début du premier épisode, Elliot (Rami Malek) s’est imposé un régime quasi-militaire pour essayer de contrôler l’influence néfaste de Mr. Robot (Christian Slater). On ne vous expliquera pas pourquoi ou comment cette influence se manifeste exactement et si vous n’avez pas vu la saison un, on vous conseille vivement de vous y mettre avant de commencer la deux. Sachez seulement que les révélations sont extrêmement bien administrées, au goutte-à-goutte, avec une maîtrise qui laisse pantois. Quant à Tyrell Wellick (Martin Wallström), il disparaît pour quelques épisodes, mais ne vous inquiétez pas, il revient bien vite, et en fanfare ! Du côté de ces demoiselles, Darlene (Carly Chaikin) tente toujours de tenir les rênes de la révolution, ce qui est plutôt difficile quand on est à la tête d’une équipe d’anarchistes pour qui l’autorité est, par définition, l’ennemi à abattre. Angela a repris ses fonctions au sein de Evil Corp et se lamente sur sa vie, aussi incapable de prendre une décision que l’année dernière. Entrée en scène également de Susan Jacobs (Sandrine Holt, aperçue entre autres dans Le Casse-Tête Chinois de Cédric Klapisch), membre du Conseil Général d’E Corp qui va se retrouver à jouer les pions pour fsociety et de Dominique DiPierro (Grace Gummer), agent du FBI bien décidée à mettre tous ces hackers en prison. Autant vous dire que le pauvre Elliot aura du pain sur la planche, d’autant qu’il continue à se débattre, assez violemment, avec son propre cerveau.

Sam Esmail et son équipe n’ont pas leur pareil pour prendre le pouls de leur public et alors que 2016 s’annonce comme l’année des catastrophes prochaines (Donald Trump qui s’approche dangereusement de la présidence, le scandale du Panama, Brexit, on vous passe les vertes et les pas mûres…), Mr Robot s’impose comme la série la plus en phase avec l’actualité. On sait tous qu’il y a un truc qui cloche avec la société mais personne ne sait vraiment de quoi il s’agit exactement ou comment régler le problème, ce qui transforme effectivement les membres de fsociety, avec leur approche radicale mais assez efficace, en héros. La saison deux se veut plus violente que la précédente et pose ses personnages en face des conséquences de leurs actions, mais aussi en opposition avec les grands patrons qui tiennent les rênes du monde. Parce que si les milliardaires à la tête de la plus grande multinationale de la planète rigolaient doucement des menaces de notre petit groupe de résistant hackers, ils se marrent beaucoup moins maintenant et ont bien l’intention d’écraser Elliot et les autres comme des insectes. Les enjeux montent, la tension grimpe, le protagoniste s’isole et se fragilise de plus en plus, et l’on ne peut que se ronger les ongles en le regardant jouer avec le feu.

Mr Robot n’est pas pour les petites natures. La série s’attaque à des thèmes qui nous touchent tous et ose poser des questions auxquelles personne n’a la réponse. Tenue d’une main de fer par un créateur qui sait exactement ce qu’il veut, suivant un fil narratif qui ne lâche pas ses objectifs de vue une seule seconde et servie par un ensemble d’acteurs qui, à de rares exceptions près, se sont lancés corps et âmes dans leur rôles, Mr Robot reste l’une des séries les plus glaçantes et les plus intelligentes du moment.

 

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s