Actus

Disparition de Gary Marshall : Fin des Happy Days (Hommage)

Artisan d’Hollywood dont la carrière comporte quelques jolis succès au milieu de 2 triomphes (l’un à la télé, Happy Days, l’autre au cinéma, Pretty Woman), le réalisateur Gary Marshall est décédé à l’âge de 81 ans.

NEW YORK, NY - DECEMBER 07:  Garry Marshall attends the "New Year's Eve" premiere at the Ziegfeld Theatre on December 7, 2011 in New York City.  (Photo by Stephen Lovekin/Getty Images)

Si Gary Marshall s’est également illustré comme comédien c’est bien évidemment pour sa carrière de producteur, scénariste et metteur en scène qu’il restera dans les mémoires. Les thèmes récurrents de son œuvre comme l’amour et l’amitié, le courage, le dépassement de soi et la loyauté lui auront permis de parler en filigrane de valeurs essentielles qu’il cristallisait dans des histoires souvent drôles et empreintes de ce qui fait le sel des meilleures comédies (souvent romantiques).

happyd840508

Avant de se consacrer au cinéma, il fera une superbe carrière à la télévision où il crée The Odd Couple en 1970 et surtout Happy Days en 1974 (ainsi que ses séries dérivées Laverne et Shirley et Mork et Mindy, Joannie Loves Chachi). Avec Happy Days et les personnages de Richie Cunningham et surtout de Arthur Fonzarelli dit Fonzie, il crée deux icônes de la pop culture qui feront le bonheur de la télévision américaine jusqu’en 1984. Le show est un immense succès surfant sur la nostalgie d’une époque surannée et abordant une grande variété de thématiques.

gary marshall hector elizondo cliff and co

Il débute comme réalisateur au cinéma en 1982 avec Docteurs In Love où joue déjà son acteur fétiche, Hector Elizondo qui est apparu dans tous ses films (il interprète notamment le directeur de l’hôtel dans Pretty Woman) et si ses premiers films rencontrent des succès d’estime plus ou moins grands, il lui faudra attendre 1990 pour décrocher un triomphe international avec Pretty Woman. Pure romcom drôle et sexy avec un Richard Gere craquant à souhait, Pretty Woman dévoile surtout au monde le sourire XXL de la tornade Julia Roberts. Pretty Woman devient rapidement un film culte qui cumule plus de 400 millions de dollars de recette.

Dès 1991, il réunit un nouveau duo splendide dans une merveille de sensibilité sur deux êtres qui apprennent à se découvrir et à s’ouvrir l’un à l’autre. Cabossés par la vie, Frankie et Johnny sont chacun la dernière chance de l’autre de trouver l’amour et sous la caméra chaleureuse de Gary Marshall les sublimes Michelle Pfeiffer et Al Pacino nous touchent, nous émeuvent et nous emportent! Malheureusement le film ne rencontre qu’un faible succès public même si les critiques lui sont globalement favorables.

La suite de la carrière au cinéma de Gary Marshall sera plus anecdotique entre la création d’une franchise Disney qui révèlera Anne Hathaway avec Princesse malgré elle et sa suite Un mariage de Princesse, puis des comédies romantiques sous-estimées mais efficaces (Fashion Maman et Mère-Fille mode d’emploi). Ses trois derniers films calqués sur le même modèle de mini saynètes se déroulant un jour de fête emblématique et entassant les stars sont bien moins inspirés, même si la faculté du réalisateur à saisir les interstices de la vie reste toujours remarquable. Plutôt réputé pour sa direction d’acteurs et son sens du rythme, Gary Marshall aura imprimé si ce n’est un style, à tout le moins une façon d’emballer la vie dans des histoires où les personnages sont au centre de tout. Sa capacité à embrasser le réel et à étreindre nos cœurs nous manquera car ils sont peu dans le miroir aux alouettes d’Hollywood à avoir encore cette flamme dans les yeux lorsqu’ils regardent les sentiments en face.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s