Critiques Cinéma

ROSALIE BLUM (Critique)

3,5 STARS TRES BIEN

rosalie blum affiche

SYNOPSIS: Vincent Machot connaît sa vie par cœur. Il la partage entre son salon de coiffure, son cousin, son chat, et sa mère bien trop envahissante. Mais la vie réserve parfois des surprises, même aux plus prudents… Il croise par hasard Rosalie Blum, une femme mystérieuse et solitaire, qu’il est convaincu d’avoir déjà rencontrée. Mais où ? Intrigué, il se décide à la suivre partout, dans l’espoir d’en savoir plus. Il ne se doute pas que cette filature va l’entraîner dans une aventure pleine d’imprévus où il découvrira des personnages aussi fantasques qu’attachants. Une chose est sûre : la vie de Vincent Machot va changer…  

Adapté de la BD du même nom signée Camille Jourdy, Rosalie Blum relate l’histoire de Vincent Machot (Kyan Khojandi), coiffeur introverti sous la coupe (sans mauvais jeu de mots) d’une mère envahissante, et de Rosalie Blum (Noémie Lvovsky), épicière solitaire d’une petite ville de province. Quand Vincent rencontre Rosalie à l’occasion d’une commission, une mystérieuse obsession se manifeste dans son esprit, le poussant à la suivre nuit et jour afin d’en savoir plus sur elle. Quand Rosalie se rend compte de la filature, c’est à sa nièce Aude (Alice Isaaz), ex-étudiante, qu’elle charge à son tour de suivre Vincent. La narration se découpe en 3 parties distinctes, épousant le point de vue de Vincent, Rosalie et Aude. Alors que Vincent (à travers une voix-off qui prouve encore une fois ses limites) expose un à un les éléments de sa vie, le cadre est introduit dans une petite bourgade de province pittoresque et force est de constater que le charme opère. Le ton est donné dans cette simplicité du quotidien si attachant et pourtant si aliénant pour Vincent. Il connaît sa vie par cœur dans ses moindres recoins et c’est bien le problème. Pas de prises de risque ni de tribulations, rien que lui, son salon de coiffure et sa mère.  C’est donc la promesse d’une petite aventure et d’un vent de liberté qui s’offre à lui quand il croit reconnaître Rosalie et se met à la suivre. Et c’est ainsi que le postulat de départ confère déjà toute la poésie au projet : l’histoire d’individus qui se suivent sans savoir pourquoi. Pour Vincent, ce visage qui lui semble familier est une invitation ou plutôt une autorisation à la lumière, une forme d’émancipation que sa mère, obsédée par le contrôle, lui interdit à travers leur relation œdipienne. De leur côté, Rosalie semble avoir un passé douloureux et Aude, flemmarde professionnelle, ment à sa famille sur ses (non)-activités. Les 3 personnages, avec la fragilité qui les caractérise, vont partir à la recherche de l’élément manquant de leur existence en invitant le spectateur à adopter leur regard.

rosalie blum 1

Si l’on a aux premiers abords du mal à déceler un quelconque intérêt dans la confrontation de ces 3 points de vue (on peut facilement y voir une structure vite répétitive et vaine) c’est lors d’une scène finale que les gestes prennent enfin leur sens et se cristallisent en un trauma commun et attendrissant. Jouissant d’une distribution fameuse – Kyan Khojandi et Noémie Lvovsky capables d’émouvoir en un clin d’œil, Alice Isaaz et sa troupe cocasse – et d’un début d’identité visuelle, Rosalie Blum nous parle avec honnêteté du quotidien, des relations familiales, des regrets (de la vie, quoi) via quelques métaphores (certes un peu simplistes mais si joliment amenées) et grâce à des personnages ordinaires, dévorés par la solitude et rendus beaucoup plus grands par la caméra de Julien Rappeneau. On pourra bien reprocher un traitement inégal entre les personnages en terme d’écriture, mais ce qui se présentait comme une production typique se révèle finalement être la petite surprise française de ce début d’année : une comédie dramatique à l’univers musical agréable (le morceau Get Me Away from Here, I’m Dying est à écouter et réécouter sans modération), aussi pudique et léger que ses décors, rempli de tendresse et de générosité.

rosalie blum affiche

Titre Original: ROSALIE BLUM

Réalisé par: Julien Rappeneau

Casting : Kyan Khojandi, Noémie Lvovsky, Alice Isaaz,

Anémone, Philippe Rebbot, Sara Giraudeau …

Genre: Comédie

Sortie le: 23 mars 2016

Distribué par: SND

3,5 STARS TRES BIENTRÈS BIEN

Publicités

3 réponses »

  1. Bonjour,
    Personnellement, sans m’être particulièrement ennuyé durant la séance, je suis sorti assez déçu de ce film, avec un mauvais gout dans la bouche. Film très révélateur du piètre niveau proposé par le cinéma français actuel : un scénario qui veut se la jouer original, vendu comme un Amélie Poulain bis … Mais au final, ce film est totalement PLAT, à l’image de son acteur principal, qui ne dégage aucune émotion. Triste de penser qu’on risque de le revoir dans bcp de prochains films étant donné le succès de « Bref ». Ni drôle, ni beau, ni charmant, ni intrigant, ni mystérieux, cet acteur colle également parfaitement avec le cinéma français actuel. Pour revenir au scénario, bien emballé, il suscite une certaine curiosité durant la première heure. Mais quel déception, je ne spoilerai pas mais la « platitude » la plus totale et ringarde possible…
    Seules les actrices s’en sortent bien, et me donnent envie de laisser une étoile pour ce sinistre film …

    • Bonjour merci pour votre commentaire. Personnellement je souscris totalement à la critique. J’ai beaucoup aimé le film et son charme a eu beaucoup d’effet sur moi 🙂 Très joli film qui est au contraire selon moi symptomatique du meilleur pour notre cinéma et de ce qu’il peut proposer 😉

  2. J’ai eu l’impression d’avoir vu l’un des derniers rejetons attardés des comédies françaises des années 90/00 et de la Glorieuse Amélie. Un film en retard sur son époque, ses références et son rythme. Un film fade !
    C’est mon avis, et je trouve intéressant de le donner d’autant plus qu’il est diamétralement opposé aux vôtres 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s