Aux origines

Aux origines (Comics) DAREDEVIL

daredevil1751
Alors que va débuter le 18 mars la seconde saison de la série Daredevil sur Netflix, petit voyage dans les comics qui ont inspirés les personnages majeurs de cette nouvelle saison : le Punisher campé par Jon Bernthal (The Walking Dead, Fury) et Elektra interprétée par la française Élodie Yung (Les Bleus, GI Joe 2).

DAREDEVIL

Créée par le père de l’univers Marvel, Stan Lee et Bill Everett, Daredevil se démarque en étant le premier super-héros handicapé, devenu aveugle suite à un incident impliquant un isotope radioactif (comme la plupart des super-héros des 60’s la radioactivité tenant lieu de magie).  Ce dernier amplifie ses autres sens à un degré surhumain, il peut goûter, sentir et entendre mieux que quiconque et développe un « sens radar »,  qui lui permet de connaitre la forme et la taille des différents éléments de son environnement. Autre particularité il poursuit en parallèle une carrière d’avocat avec son meilleur ami Franklin « Foggy  » Nelson rencontré sur les bancs de la faculté. La série sera publiée de manière continue mais malgré des périodes estimables comme celles où officie le dessinateur Gene Colan, le titre peine à se démarquer jusqu’à l’arrivé sur le titre d’un certain Frank Miller. D’abord comme dessinateur sur des scénarios écrit par Roger McKenzie, jusqu’à ce que l’éditeur, devant la réaction des fans au style noir et dynamique de Miller lui confie les rênes du titre qu’il va remodeler ignorant les histoires précédentes pour le faire coller à son univers noir hérité du polar hardboiled et du cinéma d’exploitation. Sous sa plume Daredevil est  plus violent taraudé par la culpabilité de son éducation catholique. Il s’approprie le personnage du Kingpin, vilain de Spider-man dont il fait un « parrain » du crime New-Yorkais tenant dans le creux de sa main une ville corrompue et en fait  l’ennemi ultime de DD. Mais l’apport le plus important au canon du personnage fut l’introduction du clan Ninja connu sous le nom de The Hand et de l’assassin Elektra. A cette occasion, il réécrit les origines du personnage (on appelle ça un « retcon » une continuité rétroactive) et l’on apprend que notre héros doit ses talents martiaux exceptionnels à Stick, mentor aveugle (archétype hérité lui aussi du cinéma japonais) interprété à la perfection par Scott Glenn dans la série TV, rencontré peu après son accident et qui appartient au clan rival à The Hand : The Chaste.
daredevil179cover

ELEKTRA

D’origine grecque, fille d’ambassadeur, Elektra Natchios  apparaît dans le numéro 168 (le premier numéro écrit ET dessiné par Miller) et bien qu’elle ne soit pas présente dans toutes les histoires de Miller, elle en sera une partie intégrante jusqu’à sa conclusion au numéro 191. Amour de jeunesse de Murdock, elle réapparaît dans sa vie comme tueuse à gages liée au crime organisée et au Kingpin que combat Daredevil et va semer le trouble et la tentation dans la vie du héros. Sa saga se conclut avec sa mort (temporaire) dans le légendaire numéro 181 qui constitue un véritable sommet du titre.
elektra
Les couvertures de la mini-série Elektra Assasin
En 1986, Miller signe avec le graphiste Bill Sienkiewicz une mini-série en 8 parties consacrée au personnage Elektra Assasin, qui la voit tenter d’assassiner un candidat à la présidence, en fait un servant de La Bete, l’entité surnaturelle qui contrôle The Hand, qui projette, une fois élu, de déclencher un conflit nucléaire. Cette mini-série porté par le graphisme avant-gardiste de  Sienkiewicz, ultra-violente et satirique est une véritable déconstruction du genre des comics « dark and gritty » que Miller a contribué à lancer.Vous ne retrouverez peut-être pas d’éléments de l’histoire dans la série TV mais l’œuvre est une de celles citées par Élodie Young dans sa préparation pour le rôle. Une dizaine d’années après son départ du titre, Frank Miller revisitera les origines de Daredevil dans la mini-série Man without Fear, mini-série où bien sur on retrouve Elektra et la naissance de leur histoire.

THE PUNISHER

Malgré trois  longs métrages et son  logo, un des symboles les plus emblématiques du comics, le rôle du plus extrême justicier de Marvel dans la deuxième saison de Daredevil va le mettre en lumière plus que jamais auparavant.  Il apparaît pour la première fois en 1974 dans Amazing Spider-Man # 129, inspiré par le personnage de roman pulp « L’exécuteur » de Don Pendleton. L’année suivante Gerry Conway, son créateur, lui donne une origine dans le magazine Marvel Preview et le personnage va connaitre dans le sillage des films d’auto défense comme Un justicier dans la ville une grande popularité. L’année suivante son créateur révèle son  origine : vétéran du Viêt-Nam, Frank Castle perd toute sa famille lors d’une ballade dans Central Park pris dans un règlement de compte et entreprend alors une croisade contre le crime. Il devient une guest-star récurrente des comics.
mprv2_origin
L’origine du Punisher telle que présentée pour la premiére fois dans Marvel preview #2
Il faudra pourtant attendre 1986 pour qu’il reçoive son premier titre solo avec la mini-série par Steven Grant et Mike ZeckCercle de sang. La série met au prise Castle à un groupe de criminels qu’une organisation baptisée the Trust transforme en escadron de la mort portant le costume du Punisher.  Cette version plus adulte du personnage  conduit au lancement d’une série régulière qui comptera plus de cent numéros.

Punisher vs. Daredevil

8066226_punisher-holds-daredevils-remains-in-new_e22fedd3_m
Bien que leurs noms ne soient pas souvent associés? les deux personnages se sont souvent croisés dans les pages des comics. Leur première rencontre date de 1982 dans deux épisodes (183-184) de la série Daredevil. Après la mort d’une jeune fille droguée les deux héros sont déterminés à traduire soin dealer devant la justice – mais les deux justiciers ont chacun leur propre définition du mot. Daredevil, même opérant en dehors de la loi, croit toujours que l’on doit laisser la justice s’occuper des criminels là où le Punisher se veut juge, juré et bourreau. Ils se croiseront de façon régulière donnant à chaque fois des épisodes très prenants. Cette dynamique entre les deux personnages nourrit leur relation dans cette nouvelle saison.
punisher-welcome-back-frank_crop
Les couvertures de la série Punisher par Garth Ennis et Steve Dillon signées Tim Bradstreet
Les années 90 sont cruelles pour le Punisher qui se perd dans des éléments super-héroïques et surnaturels jusqu’à devenir un ange exterminateur au sens propre. En 2000, Marvel confie les rênes d’une série Punisher au tandem  à l’origine de la série Preacher (adaptée en série cette année sur la chaine AMC)  Garth Ennis et Steve Dillon, qui ramène Frank Castle aux sources avec une série en 12 numéros pleine d’humour noir et d’ultra-violence qui marque le début d’un run de huit ans du scénariste sur le personnage. L’épisode numéro 3 met en scène une confrontation avec Daredevil qui semble t-il a beaucoup plu au créateurs de la série.
punisher3
daredevil-season-2-punisher-jon-bernthal-600x402
La moitié du règne de Garth Ennis se fera sous l’ombrelle adulte de MarvelMAX ou il amènera le personnage dans des zones encore plus sombres. Sa contribution  se terminera  avec la mini-série BORN qui se déroule lors de la guerre du Viet-Nam et dont les dernières pages glaçantes exposent sa vison du personnage : la mort de sa famille n’a été qu’un prétexte à Castle qui a toujours eu en lui un instinct meurtrier.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s