Au commencement...

Au commencement… (Séries) Panthers 1×01 & 1×02

PANTHERS AU COMMENCEMENT

2,5 STARS MOYEN

SYNOPSIS: Le casse d’une bijouterie de Marseille remet sur le devant de la scène les Pink Panthers, célèbre gang de braqueurs originaire des Balkans. Sur la piste des diamants, une experte au service d’un assureur britannique, un ex-soldat des Balkans et un policier franco-algérien s’affrontent dans une guerre sans merci qui révèle le nouveau visage de la criminalité en Europe. De Londres à Belgrade, les gangsters s’allient aux banksters, les têtes tombent, et la violence se déchaîne.

Panthers, nouvelle Création Originale Canal Plus de 6×48 mn débarque ce lundi 26 Octobre sur la chaîne cryptée. C’est à nouveau une série ambitieuse et fascinante sur le papier qui nous est proposée, prouvant après Les Revenants et avant Versailles, la diversité des œuvres que Canal Plus met à l’antenne. Racontant comment suite à un vol spectaculaire de diamants, la méthode peu académique des braqueurs, fait croire à Khalil, le policier en charge de l’affaire ainsi qu’à Naomi, une experte en assurances envoyée de Londres, que le vol porte la marque des célèbres Pink Panthers, la mini-série s’éloigne pourtant très vite de ce postulat de départ ancré dans la réalité. En effet, si ce gang a réellement existé et inspiré aux auteurs le point de départ de la série, le récit s’en écarte pourtant considérablement, racontant avant tout le destin croisé de trois personnages, Naomi et Khalil donc, ainsi que celui de Milan un ex-soldat des Balkans. D’après une idée originale de Jean-Alain Laban et Jérôme Pierrat, c’est Jack Thorne, créateur entre autres de la série Glue qui a écrit les six épisodes de Panthers. Co-production internationale de grande envergure, où l’on retrouve notamment la société Warp, la chaîne Sky ainsi que les producteurs Caroline Benjo et Jimmy Desmarais, Panthers ne lésine pas sur les moyens, à l’image du somptueux générique signé David Bowie. En tête d’affiche on retrouve le comédien Tahar Rahim de retour sur Canal Plus où on l’avait découvert dans La Commune. L’acteur d’Un prophète s’y montre très convaincant en flic sûr de lui mais dont les certitudes risquent d’être mises à mal dans la suite de l’histoire. Il est entouré d’une prestigieuse distribution internationale qui comprend notamment Samantha Morton (impliquée), Goran Bogdan (intense) ainsi que le mythique John Hurt, que l’on voit malheureusement peu dans ces deux premiers épisodes mais qui garde tout son charisme malgré le poids des ans. A la réalisation on retrouve Johan Renck, réalisateur chevronné d’un nombre considérable d’épisodes de séries (Breaking Bad, Bloodline…) qui fait le job efficacement, sans génie mais avec le talent d’un bon artisan. C’est clairement ce casting aux origines diverses et variées qui confère l’intérêt majeur d’une série au rythme sinusoïdal perturbant et à laquelle il est effectivement difficile de se laisser prendre dans les filets. La faute à une histoire qui manque singulièrement d’originalité alors que le sujet de départ offrait pourtant un matériau de premier ordre mais qui n’est jamais exploité comme on aurait pu s’y attendre. De plus, si la photographie et la réalisation sont appliquées elles manquent trop de chaleur et de rondeur pour nous permettre une empathie totale avec des personnages qui manquent de chair, quand bien même on voudrait nous faire croire que leurs failles ou leurs démons leur confèrent une densité importante. En fin de compte, ce que l’on peut sans doute regretter c’est l’éloignement d’une réalité qui contenait sans doute plus de romanesque que la fiction elle-même et peut-être qu’il eut fallu plus se concentrer sur les ramifications du gang des Pink Panthers plutôt que de partir sur un récit dont les lignes narratives sont paradoxalement plus parallèles que croisées. Loin d’être ratée pourtant, Panthers peut se targuer de nombreux points positifs mais peine à convaincre totalement. Au milieu d’une offre pléthorique, il faut plus qu’un miaulement de chaton quand on prétend rugir comme un fauve.

Crédits: Canal Plus/Wrap Films/Sky Atlantic/Haut et Court

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s