Critiques Cinéma

PAN (Critique)

2 STARS PAS GENIAL

pan affiche

SYNOPSIS: Proposant un nouveau regard sur l’origine des personnages légendaires créés par J.M. Barrie, le film s’attache à l’histoire d’un orphelin enlevé au Pays Imaginaire. Là-bas, il vivra une aventure palpitante et bravera maints dangers, tout en découvrant son destin : devenir le héros connu dans le monde entier sous le nom de Peter Pan.

Le mythe du garçon qui ne voulait pas grandir à traversé les siècles et les écrans que ce soit en version animée chez Disney, dans un film live où Peter avait un corps d’adulte chez Spielberg dans Hook,  et même dernièrement à la télévision dans la saison 3 de Once Upon A Time. C’est dire si l’idée d’un film racontant ses origines produit par la Warner est logique dans la probable volonté du studio de recréer une franchise familiale maintenant que l’ère Harry Potter est terminée et que Les animaux fantastiques n’arriveront qu’en 2016. Logique mais pas si évidente que ça. L’œuvre originale de Sir James Matthew Barrie possède une double lecture fascinante et quasi psychanalytique sur l’enfance, la cruauté et l’oubli. La production Warner pour ce Pan a complètement évacué la moindre lecture de ce type. En plus de s’affranchir du mythe, elle finira même par dire le contraire de ce que voulait raconter le roman de Barrie. En lieu et place nous avons un beau conte qui démarre en pleine deuxième guerre mondiale et qui va faire d’un orphelin apparemment ordinaire un héros messianique. En quête de sa mère, le jeune Peter va découvrir un monde imaginaire dont la vision est le grand intérêt du film. Après des scènes de bombardements de Londres aussi spectaculaires qu’éprouvantes pour les yeux, nous découvrons la version du Neverland de ce Pan.

pan 1

S’éloignant de la simple île habituelle bordée de lagunes, le film nous propose un vaste monde où volent bateaux, îles et constructions, où les pirates chantent du NIrvana, où les indiens explosent en poudre colorée et où les enfants perdus sont exploités dans des mines de poussières de fée. Ce monde créé, très éloigné de celui de Barrie qui se voulait comme une «cartographie» des rêves d’enfants est réussi et assez original. Les effets visuels nous embarquent dans cet univers qui bien que soi disant cruel reste peu effrayant. Les méchants pirates sont plutôt amusants et leur chef BarbeNoire, joué par un Hugh Jackman déchainé, use de tant de grandiloquence qu’il en perd en réelle méchanceté. Mais cela reste en accord avec le ton général du film qui se veut une aventure familiale. On suit la progression des personnages découvrant ce monde, entre combats sur trampoline et oiseaux squelettes géants, en s’intéressant plus aux détails des décors qu’au destin des héros. Même la petite amourette naissante entre Lily La Tigresse et Crochet reste bien fade. Crochet est d’ailleurs l’élément le plus faible du film. En transformant le légendaire James Hook en bellâtre, certes avec assez de second degré, le personnage perd en saveur et ne reste qu’un ressort comique, pas toujours efficace, durant le film. Le traitement est d’ailleurs le même pour la plupart des seconds rôles  Mouche, Lily la tigresse ou la directrice de l’orphelinat ou vit Peter Pan restent très outrés et n’apportent pas grand chose au récit. Cela ne tient pas tant au casting, car Rooney Mara par exemple aurait pu apporter un vrai plus, une vraie épaisseur au personnage de Lily La Tigresse partagée entre son peuple et son idylle avec Hook, mais les acteurs et les personnages semblent vraiment reléguer à des figures lointaines et finalement sont à l’image des caméos de Cara Delevingne et Amanda Seyfried. Des apparitions sympas mais sans poids pour le film. Sans lecture adulte et avec une intrigue assez classique, le film ne fonctionne que sur ces péripéties et scènes d’aventures efficaces. La réalisation assez lisible et dynamique est à déconseillé en 3D car l’abus d’effets de projection vers le spectateur finit par fatiguer. Joe Wright laisse sa caméra virevolter dans les scènes mouvementées mais reste cohérent et n’abuse pas de plans très court ou de shaky cam à la mode. Sans doute a t il été freiner par la 3D omniprésente. La photographie éclatante, même avec la 3D, du pays imaginaire est beaucoup plus discutable dans les scènes à Londres de nuit au début du long métrage ou pour garder une bonne visibilité, on a l’impression de filtres assez exagérés et il en va de même pour les scène de nuit dans le Neverland. La partie finale, mais on ne vous dira pas pourquoi, retrouve une belle lumière éclatante et même « féerique ». Finalement, c’est à travers le jeune Peter parfaitement interprété par Levi Miller, que l’on est entrainé comme une locomotive dans le film à travers des aventures dignes de montagnes russes amusantes mais un peu vaines. Un film de vacances ou l’on emmènera les petits qui s’amuseront certainement mais qui l’auront oublié tout aussi vite.

pan affiche

Titre Original: PAN

Réalisé par: Joe Wright

Casting: Levi Miller (II), Hugh Jackman, Garrett Hedlund,

Rooney Mara, Amanda Seyfried, Cara Delevingne…

Genre: Fantastique, Aventure

Sortie le: 21 octobre 2015

Distribué par: Warner Bros. France

2 STARS PAS GENIALPAS GÉNIAL

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s