Au commencement...

Au commencement… (Séries) American Horror Story Hotel 5×01

american_horror_story_AU COMMENCEMENT

4 STARS EXCELLENT

SYNOPSIS: Drames et cauchemars dans un mystérieux hôtel de Los Angeles, fréquenté par d’étranges créatures.

Ryan Murphy et Brad Falchuk nous proposent un nouveau voyage vers l’horreur avec la cinquième saison d’American Horror Story, baptisée Hotel, en référence à son décor principal, le Cortez, situé en plein Los Angeles. Il faut savoir que les créateurs d’AHS se sont inspirés cette année de l’histoire réelle du Cecil Hotel (à Los Angeles) dans lequel se sont succédés meurtres, suicides et interventions de serial killer (Richard Ramirez, Jack Unterweger). Une croyance populaire autour d’activités paranormales a même fait son apparition, pour tenter d’expliquer les morts étranges survenues dans cet hôtel ou le comportement curieux d’une étudiante Canadienne (comptant parmi les victimes célèbres) dans l’ascenseur du bâtiment, capté sur une vidéo.

Le premier épisode de cette nouvelle saison nous permet de découvrir dans de nouveaux rôles Kathy Bates, Sarah Paulson, Wes Bentley, Matt Bomer, Denis O’Hare et Chloe Sevigny, acteurs récurrents de la saga, et offre à Lady Gaga un rôle à sa (dé)mesure. En quelques minutes à peine, le décor est planté, l’hôtel est majestueux, les ornements sont clinquants, les personnages extravagants et l’horreur surgit très vite. On regarde American Horror Story et pas autre chose.

Ce premier épisode démontre un énorme travail sur les décors et ses détails, qui rappelle le soin apporté à ces mêmes éléments sur la première saison. Murphy et Falchuk s’amusent à agrémenter le tout de clins d’œil plus ou moins subtils aux œuvres fantastiques classiques se déroulant en huis clos, en commençant par la plus évidente d’entre elles: Shining et ses apparitions de fond de couloirs. Ces premières manifestations fantomatiques en début d’épisode semblent d’ailleurs vouloir signifier au spectateur qu’il va avoir droit à une histoire dans la veine de celle de Shining, à la sauce AHS. De nombreux rappels esthétiques viendront confirmer cette idée: les formes des motifs, le look rétro en tête.

AHS HOTEL 1

L’action démarre sur les chapeaux de roue avec la scène d’ouverture mettant en vedette deux jeunes touristes étrangères regrettant d’avoir élu domicile au Cortez quelques secondes après en avoir poussé les portes, puis retenues malgré elles dans le bâtiment. On n’aura pas le temps de souffler que les scénaristes nous entraînent immédiatement dans une histoire de serial killer sadique et pervers, causant la mort de ses victimes en les sodomisant… de façon quelque peu brutale. Un pic serait atteint pour l’épisode d’Halloween qui devrait voir l’hôtel Cortez réunir les plus grands serial killer de l’histoire le temps d’une dîner… Prometteur!

Le rythme de ce premier épisode d’une heure est savamment calculé, puisque son premier tiers pose rapidement les bases de ce qu’on pourrait retrouver au cours de la saison: meurtres, kidnappings, apparitions fantomatiques, sexe…et serial killer assoiffé de sang en dessert. Un tournant s’opère judicieusement à la moitié de l’épisode avec l’entrée en scène de Lady Gaga et de Matt Bomer, qui héritent de ce qui est à ce jour sans nul doute l’une des plus belles scènes de la série, toutes saisons confondues.

Les deux acteurs forment un couple glamour et extravagant à l’écran et passent en quelques secondes de hipsters frivoles à quelque chose de bien plus effrayant, qu’on ne spoilera pas ici. Matt Bomer dégage un charisme impressionnant, qu’il soit vêtu d’un slip, d’une robe de chambre ou d’une tenue de soirée. Lady Gaga, quant à elle, aidée par un look pas si éloigné que celui qu’elle arbore dans ses clips (on devine les suggestions de l’actrice elle-même), se montre à son aise immédiatement en vamp sexy et vénéneuse. Elle réussit parfaitement son entrée et l’alchimie avec son partenaire fonctionne instantanément. L’actrice effectue ainsi une entrée fracassante dans l’univers d’AHS. Il faut aussi rendre hommage à Denis O’Hare, qui incarne une drag-queen de façon savoureuse, personnage assez représentatif de l’univers du show. Avec une audience forte de 5,8 millions de téléspectateurs, la série réussit son Season Premiere, puisque ce score constitue au passage le deuxième meilleur démarrage de la série après Freak Show (saison 4).

Les scénaristes n’hésitent pas à envoyer du lourd dès le premier épisode de la saison pour bien baliser le chemin. Au programme (et sans doute de la saison): du sexe, de la drogue, des meurtres sadiques, du sang et du glamour. Un come-back parfaitement réussi et maîtrisé pour AHS, pour peu qu’on soit client du genre.

Crédits: FX

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s