Critiques Cinéma

LIFE (Critique)

2 STARS PAS GENIAL

life affiche

SYNOPSIS: Un jeune photographe qui cherche à se faire un nom croise un acteur débutant et décide de lui consacrer un reportage. Cette série de photos iconiques rendit célèbre le photographe Dennis Stock et immortalisa celui qui allait devenir une star : James Dean.

Connu pour avoir shooté les plus grands artistes mondiaux (U2, David Bowie, Mick Jagger, Frank Sinatra, Steven Spielberg, Martin Scorsese…) avec des clichés reconnaissables entre mille (noir et blanc chiadé, portraits au grain à la fois austère et emprunt de douceur), le photographe Anton Corbijn a ensuite gagné en notoriété à l’aube des années 80 en réalisant des clips vidéos qui figurent au panthéon dans le milieu (pour Nirvana, U2, Red Hot Chili Peppers, Depeche Mode et Coldplay notamment). En 2007, le néerlandais s’est bâti une solide réputation de cinéaste avec son premier film, l’excellent Control (biopic de Ian Curtis et authentique peinture de toute une époque), puis avec le surprenant, audacieux et jusqu’au-boutiste The American trois ans plus tard, qui avait su intelligemment déjouer les attentes des spectateurs en cassant les codes du genre. On a ensuite retrouvé Corbijn en 2014 pour Un Homme très recherché, un film d’espionnage inégal mais salué pour la performance – forcément émouvante – du regretté Philip Seymour Hoffman dans l’un de ses derniers rôles face caméra. Anton Corbijn est aujourd’hui de retour pour un quatrième long-métrage en qualité de réalisateur, l’élégant mais décevant Life.

life 1

Le photographe-vidéaste-cinéaste a beau s’en défendre en conférence de presse, Life, présenté en avant première au festival de Deauville 2015, a tout d’un biopic. Une œuvre classique et consensuelle, en pilotage automatique pour aller grappiller quelques statuettes lors de la prochaine Oscar Season. Centré sur la relation entre l’acteur James Dean – avant qu’il soit mondialement connu – et son photographe attitré Dennis Stock, Life met en scène le jeune Dane DeHaan dans la peau du comédien tandis que Robert Pattinson incarne son ami. Tenter de percer l’insondable personnalité de James Dean à travers sa relation avec Dennis Stock n’est qu’un prétexte ici, Life sert avant tout à Corbijn à explorer et enrichir ses thématiques de prédilection (la transformation d’un être émoustillé en jeune rebelle sans cause, la remise en question d’un mode de vie par l’isolement, la dépression confrontée à la possibilité d’une vie nouvelle…), articulées autour d’un propos sur la naissance d’une icône et la manière dont on peut capturer son image. Corbijn livre, à travers le regard médusé du photographe, un portrait intéressant d’une âme tourmentée, mais la narration est hélas dépourvue d’éclat et de dynamisme. De fait, tous les passages dans l’intimité de Dennis Stock sont d’un ennui mortel et créent un déséquilibre majeur dans le film, avec à la clé un manque d’émotions.

life 2

Là où le bât blesse également, c’est que le cinéaste néerlandais peine cette fois à renouveler son style, ce qui occasionne un désagréable effet de redite avec Control. Life est formellement splendide, c’est indéniable, le passif de photographe de Corbijn jouant beaucoup (sur les deux tableaux d’ailleurs, car on imagine qu’il a mis de sa propre histoire dans l’écriture du personnage du photographe Dennis Stock) sur l’ambiance et la beauté spectrale des images. En plans larges parfaitement composés, cadrages particulièrement soignés, Corbijn s’emploie avec une sensibilité saisissante à retracer la vie de Dean mais patine un peu pour proposer quelque chose de neuf, qui emporte complètement. Reste tout de même en mémoire cette jolie scène de retour aux origines lorsque Dean, allergique au monde qui l’entoure, regagne son Indiana enneigé natal accompagné du photographe et où l’on assiste, interloqués, au début d’une amitié profonde entre les deux hommes. On retiendra également le jeu au cordeau du jeune Dane DeHaan, qui offre ici ses traits à James Dean avec un naturel confondant. Plus qu’une interprétation, une véritable incarnation ! Robert Pattinson convainc également en Dennis Stock, sans toutefois inonder l’écran. Pour son 4ème long-métrage, Anton Corbijn propose un biopic de James Dean qui parlera sans doute aux fins connaisseurs de sa vie et de ses films, mais qui laissera probablement pantois les béotiens.

life affiche

Titre Original: LIFE

Réalisé par: Anton Corbijn

Casting: Dane DeHaan, Robert Pattinson, Ben Kingsley,

Joel Edgerton, Kristen Hager, Kelly McCreary   …

Genre: Biopic, drame

Sortie le: 9 septembre 2015

Distribué par: ARP Sélection

2 STARS PAS GENIALPAS GÉNIAL

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s