Critiques Cinéma

AU-DELÀ DES MONTAGNES (Critique)

4 STARS EXCELLENT

AU DELA DES MONTAGNES AFFICHE

SYNOPSIS: Chine, fin 1999. Tao, une jeune  fille de Fenyang est courtisée par ses deux amis d’enfance, Zang et Lianzi. Zang, propriétaire d’une station-service, se destine à un avenir prometteur tandis que Liang travaille dans une mine de charbon. Le cœur entre les deux hommes, Tao va devoir faire un choix qui scellera le reste de sa vie et de celle de son futur fils, Dollar. Sur un quart de siècle, entre une Chine en profonde mutation et l’Australie comme promesse d’une vie meilleure, les espoirs, les amours et les désillusions de ces personnages face à leur destin.

Mountains May Depart, le film de Jia Zhang-ke présenté en compétition officielle au festival de Cannes, n’a, semble-t-il, pas convaincu le jury. En tout cas, pas au point de lui remettre un trophée. Injustement boudé au palmarès, le nouveau long-métrage du cinéaste chinois – après l’excellent A Touch of Sin, qui fut lui auréolé du prix du meilleur scénario lors de son passage sur la croisette en 2013 – est pourtant un mélodrame ample, immersif et bouleversant, aux indénombrables qualités. L’introduction façon Iron Man 3 (oui, oui !) donne le ton. 1999, Chine. Une musique électronique improbable retentit dans une salle des fêtes, le soir du nouvel an. « Il faut aller à l’Ouest » nous dit la chanson (le titre choisi n’est pas aléatoire), l’avenir appartient aux convives, qui crient et dansent. Parmi eux, Tao (jouée par l’excellente Zhao Tao), une habitante de Fenyang, et ses deux amis (d’enfance). En 2014, la jeune femme est tiraillée entre ces deux hommes. D’un côté, un self-made man confiant, en pleine ascension, interprété par un Zhang Yi étonnant. De l’autre, Liang Jingdong (touchant, tout en sobriété), dans la peau d’un guichetier de mine candide. Chacun représente les faces d’une même pièce, la Chine pré-XXIème siècle, chacun est désireux de conquérir le cœur de Tao, qui va alors devoir choisir entre ces deux courtisans. Le récit va alors bifurquer vers une forme d’anticipation, mettant en lumière une Chine futuriste et anglophone (en 2025), dans laquelle évolue Dollar, le bien nommé fils de Tao. Avec A Touch of Sin, Jia Zhang-ke signait un film à sketches rageur et furieux, qui lui permettait d’exprimer sa colère quant à l’évolution violente et radicale de la société chinoise, bâtie en partie sur la corruption et les rapports de force. Jia Zhang-ke s’adressait au monde en autopsiant avec méticulosité son pays et en essayant de comprendre ce changement à travers le prisme de l’abandon à la violence.

mountains may depart 1

Mountains May Depart poursuit ce cheminement – étude de la révolution industrielle de la Chine, de son occidentalisation, et des limites de ce phénomène – à travers une histoire plus douce, plus lyrique et plus émouvante. Logiquement divisé en trois parties formellement distinctes (1999 en format carré 1:1, 2014 en 1:33 et 2025 en 16/9) mais d’intensité égale pour former un tout cohérent, le film est traversé de vrais moments de grâce, romanesques et beaux, et de jolies thématiques, traitées avec sensibilité (le poids des décisions, le sens d’une vie, le temps qui passe et qui détruit tout, la perte d’identité, les sentiments dilués…). Parallèlement, on ne compte plus les images somptueuses et les cadrages millimétrés, le sens inné du découpage transparaissant à chaque plan. Une fois n’est pas coutume, Jia Zhang-ke maîtrise son sujet, orchestre une fresque socio-politico-familiale passionnante, délivre des messages universels (sur les choix, les regrets et les doutes), eux-mêmes portés par des comédiens talentueux, dont le jeu est épatant. Chacun des trois segments a son rythme et son énergie propre, la construction en triptyque, façon The Place Beyond The Pines, prend tout son sens en sublimant le propos sur le temps. La fin, parfaitement en phase avec le thème abordé, anoblit ce qui a été véhiculé 2h durant, avec un présage logique : « Vous pouvez encore aller à l’Ouest tant que vous n’oubliez pas la tradition ». Formidablement écrit, interprété et réalisé, Mountains May Depart confirme le talent du cinéaste chinois Jia Zhang-ke, explorateur doué de la dérive du temps, et aurait sans doute mérité une reconnaissance de la part du jury présidé par les Coen.

AU DELA DES MONTAGNES AFFICHE

Titre Original: SHAN HE GU REN

Réalisé par: Jia Zhang-ke

Casting: Zhao Tao, Sylvia Chang, Dong Zijian,

Zhang Yi, Jing Dong Liang, Han Sanming …

Genre: Drame, Romance

Sortie le: 23 décembre 2015

Distribué par: Ad Vitam

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s