Critiques Cinéma

Gokudo Daisenso (Yakuza Apocalypse) (Critique)

3 STARS BIEN

gokudou_daisensou

SYNOPSIS: Kamiura est un chef Yakuza légendaire. On dit qu’il est immortel, en fait c’est un vampire, un chef Yakuza vampire ! Kageyama est le plus fidèle membre de son clan, mais les autres yakuzas se moquent de lui : sa peau est trop sensible pour être tatouée. Un jour, des hommes arrivent de l’étranger et lui délivrent un ultimatum : Kamiura doit retourner à un syndicat du crime international qu’il a quitté ou mourir. Kamiura refuse et son corps est démembré au terme d’une bagarre féroce. Avant de mourrir, Kamiura arrive à mordre Kageyama, lui transmettant ses pouvoirs. A son réveil Kageyama, va se servir de ces pouvoirs pour venger la mort de son chef et combattre ce syndicat international du crime.

Chaque année, la Quinzaine des Réalisateurs réserve son lot de surprises. La projection en séance spéciale de Yakuza Apocalypse : The Great War of the Underworld, le nouveau long-métrage du très prolifique Takashi Miike, a sans aucun doute été celle du cru 2015. Le célèbre cinéaste japonais étant en tournage au moment du festival (un véritable stakhanoviste !), il n’a pu faire le déplacement à Cannes mais a tout de même tenu à enregistrer une petite vidéo de présentation, diffusée quelques minutes avant l’ouverture. Un mini clip improbable et drôle (bien qu’un poil sexiste), où le metteur en scène, affublé d’un costume de Geisha (incluant des prothèses mammaires totalement surréalistes), explique face caméra les raisons de son absence (sa transformation en femme au pied du mont Fuji) et son désir d’avoir souhaité réaliser le « truc le plus violent de sa carrière » pour passer à « des films d’amour et d’amitié ». Quelques secondes plus tard, c’est Yayan Ruhian, le « Mad Dog » des 2 volets The Raid crédité ici au générique, qui monte sur scène aux côtés d’Edouard Waintrop (le délégué général de la Quinzaine) pour en mettre plein la vue avec une démonstration impressionnante d’arts martiaux. Enfin, après la projo, les spectateurs cannois ont eu la chance et l’honneur d’accueillir dans la salle la fameuse « grenouille karatéka » du film, qui a débarqué dans le théâtre croisette avec son accoutrement ridicule pour recevoir une standing-ovation. Pourquoi rapporter ces faits ? Car c’est très certainement cette ambiance fun et décontractée qui explique, en partie, notre relative clémence vis-à-vis du film, une histoire fantastique hautement bordélique de yakuzas vampires combattant une organisation de super méchants, dont un homme-grenouille, sur fond de love story chiante comme la pluie et de fin du monde. On le sait, les films de Takashi Miike sont souvent barrés et parcourus d’idées saugrenues. Celui là n’échappe évidemment pas à la règle, avec un quota respectable de concepts complètement farfelus : le liquide qui s’échappe des oreilles des vampires yakuzas, le mot « sucked » tatoué sur le front des victimes, le tatouage dorsal qui prend vie, les plantations de citoyens, le vilain-tortue au bec d’oiseau (façon Bowser de Mario), le yakuza Van Helsing, les ateliers de tricot, le plus grand terroriste que le monde ait connu, un yakuza-grenouille au déguisement ridicule (façon kermesse du dimanche)qui arrive sur les lieux en bicyclette ….

yakuza 1

Miike prend à peine le temps de développer les enjeux, l’écriture est indigente, les effets spéciaux super cheap, la narration, essentiellement fondée sur l’enchaînement de micro saynètes, manque cruellement de cohérence d’ensemble, même si on devine aisément qu’il souhaite critiquer la mafia yakuza et l’aveuglement de la société sur ce point. Résultat : on ne comprend pas grand-chose … pas même qui sont réellement les good et bad guys, et surtout, pourquoi ils se battent ! Mais on apprécie tout de même la générosité Miike et le fait qu’il ne se prenne jamais au sérieux. Que ce soit à travers les bastons, parfois inventives et toujours filmées avec panache (mention à Yayan Ruhian), la liberté de ton et le mélange des genres, l’humour absurde, l’ultra violence jouissive (geyser d’hémoglobine & cadavres à la pelle), ou la caricature du milieu Yakuza plutôt bien sentie, le cinéaste veut amuser la galerie et c’est en soi déjà pas mal, même si, pour cela, il en fait des caisses. Yakuza Apocalypse est décousu, c’est indéniable, mais force est de constater qu’on prend son pied. Miike n’hésite pas à envoyer la sauce pour satisfaire le public, quitte à frôler le spectacle hystérique de mauvais goût et le portnawak mal orchestré.

gokudou_daisensou

Titre Original: GOKUDO DAISENSO

Réalisé par: Takashi Miike

Casting: Hayato Ichihara, Yayan Ruhian, Riko Narumi,

Lily Franky, Reiko Takashima, Kiyohiko Shibukawa…

Genre: Action, Epouvante-Horreur

Sortie le: Prochainement

Distribué par: –

3 STARS BIENBIEN

Publicités

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s