Critiques

L’HÔTEL DE LA PLAGE (Critique Saison 2) L’été en pente douce

3,5 STARS TRES BIEN

hdlp

SYNOPSIS: Cet été, l’hôtel de la Plage a fait peau neuve ! Marine et Yann Callec ont entrepris des travaux de rénovation du vieil hôtel d’Yvonne et sont fins prêts à accueillir Martin, Samia, Victor, Paul et les autres dans un décor modernisé et chaleureux, à l’exception d’Isabelle, qui s’est séparée de Martin, la bande de potes est au complet. Tous sont bien décidés à profiter à fond de leurs vacances ensemble et à mettre leurs soucis du quotidien entre parenthèses.
Martin fait une arrivée remarquée au bras de la jeune Carla. Il a refait sa vie avec la jeune femme et semble au comble du bonheur. Pour rien au monde il n’aurait loupé le rituel des vacances avec ses copains Victor et Paul ! La situation financière de Paul s’est améliorée depuis l’année dernière. En plus, Samia s’est mise à travailler, ce qui permet aux Lopez d’assurer les vacances de toute la famille. Paul déplore néanmoins que Samia passe ses journées pendue au téléphone avec sa nouvelle boss, au détriment de leur vie de couple… Victor semble avoir pas mal changé depuis un an. Divorcé d’avec Stéphanie, il est venu tout seul à l’hôtel. Tout le monde s’attend à ce que ce dragueur invétéré s’en donne à coeur joie mais, curieusement, Victor ne semble plus porté sur les jolies filles. Est-ce qu’il couverait quelque chose ?
Marine et Yann, secondés par l’impayable Yvonne, s’emploieront comme d’habitude à ce que le séjour de nos familles à l’hôtel de la Plage soit le plus réussi possible. Mais les vacances les plus mémorables ne sont-elles pas celles qui se déroulent de manière imprévue ?

Au fil de ses multiples rediffusions, le film de Michel Lang L’hôtel de la plage sorti en 1978, a conquis toute une génération de téléspectateurs qui s’est attachée aux aventures comico-sentimentales de la bande de copains interprétée notamment par Daniel Ceccaldi, Guy Marchand et Francis Lemaire. C’est non sans un certain scepticisme que nous avions suivi la première saison de son adaptation télévisée qui, malgré une distribution talentueuse et chaleureuse nous avait laissé quelque peu sur notre faim. Si le traitement de la partie histoire d’amitié fonctionnait plutôt bien, l’aspect polar apporté au scénario alourdissait une fiction légère qui n’avait pas besoin de tels artifices pour se faire une place au soleil. Du coup, c’est avec circonspection que l’on s’est attelé au visionnage de la seconde saison que France 2 diffusera à partir de ce mercredi 20 mai. Reprenant quasiment les mêmes comédiens, ces six nouveaux épisodes sont pourtant une vraie belle surprise. Tenant compte des défauts qui handicapaient la première année et notamment cette enquête pas très passionnante, cette nouvelle saison a le mérite de se concentrer sur ce qui fonctionnait déjà et de décupler le plaisir que l’on ressentait. La fraîcheur qui se dégage des intrigues, le sentiment que la bande de comédiens se connait et s’entend de mieux en mieux, que leur complicité s’affine, que l’humour et le rythme sont bien plus efficaces, tout cela participe d’une même alchimie qui fonctionne parfaitement. Si cette seconde saison est vraiment réussie., c’est aussi grâce à un autre point positif non négligeable: si lors de la première saison Juliet Lemonnier tirait largement son épingle du jeu du côté des jeunes interprètes (et elle réitère cette fois encore avec une fraîcheur et un pep’s qui ne se démentent pas), deux autres personnages obtiennent également une place plus importante. En effet, Margaux Rossi et Neil Adam ont des rôles bien plus étoffés et mieux caractérisés et force est de constater que leur naturel et leur abattage fonctionnent magnifiquement. Tous trois sont les forces vives de cette seconde saison et leur talent réellement palpable n’est pas pour rien dans de nombreux bons moments de ces six épisodes.

hdlp 1

Bien sûr, les ténors eux aussi sont à la fête mais ce n’est pas surprenant vu qu’ils étaient déjà le centre névralgique de la saison 1. Tous, absolument tous, ont leurs moments marquants, qui, à l’image du scénario alternent entre la mélancolie et la franche comédie. Si Bruno Solo est tantôt touchant ou amusant, Jonathan Zaccaï, (qu’on n’en finit plus de voir en ce printemps et c’est tant mieux) est formidable en amoureux décidé à aller au bout de ses envies. Yvon Back lui a sans doute certaines des scènes les plus drôles. Il joue, tel un funambule sur un fil, des scènes qui paraissent casse-gueule et dont il se sort avec brio. Son duo avec un chien notamment est irrésistible. Les femmes elles aussi ne sont heureusement pas laissées pour compte et chacune complète efficacement le caractère de l’autre que ce soit Sophie-Charlotte Husson à la fantaisie débridée savoureuse ou Fatima Adoum à la fois douce et combative et dont la personnalité s’impose. Olivia Côte est également impeccable dans un rôle un peu plus en retrait. Redisons-le, nous sommes ici dans une série où l’empathie pour les personnages est nécessaire et par voie de conséquence, où, si les comédiens sont justes, cela se ressent forcément et amplifie le plaisir. L’hôtel de la Plage est une série à l’atmosphère doucereuse dans laquelle on se plonge avec délice. Comme un avant-goût d’un été qu’on n’oubliera pas et qui, même s’il est de porcelaine, reste solidement ancré dans la mémoire pour contrer les jours de cafard.

Saison 2 de 6 épisodes sur France 2 à partir du 20 mai

Crédits: France 2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s