Critiques Cinéma

HACKER (Critique)

4 STARS EXCELLENT

hacker

SYNOPSIS: À Hong Kong, la centrale nucléaire de Chai Wan a été hackée. Un logiciel malveillant, sous la forme d’un outil d’administration à distance ou RAT (Remote Access Tool), a ouvert la porte à un autre malware plus puissant qui a détruit le système de refroidissement de la centrale, provoquant la fissure d’un caisson de confinement et la fusion de son coeur. Aucune tentative d’extorsion de fonds ou de revendication politique n’a été faite. Ce qui a motivé cet acte criminel reste un mystère. Un groupe de hauts gradés de l’APL (Armée populaire de libération chinoise) charge le capitaine Dawai Chen, spécialiste de la défense contre les cyberattaques, de retrouver et de neutraliser l’auteur de ce crime.  À Chicago, le Mercantile Trade Exchange (CME) est hacké, provoquant l’inflation soudaine des prix du soja.  Carol Barrett, une agente chevronnée du FBI, encourage ses supérieurs à associer leurs efforts à ceux de la Chine. Mais le capitaine Chen est loin de l’idée qu’elle s’en était faite. Formé au MIT, avec une parfaite maîtrise de l’anglais, l’officier chinois insiste pour que ses homologues américains libèrent sur le champ un célèbre hacker détenu en prison : Nicholas Hathaway.

Michael Mann est un réalisateur exceptionnel et bien trop rare sur les écrans. Aussi, avec la sortie de Hacker, six ans après la déception Public Enemies, voir le metteur en scène de Heat revenir aux fondamentaux est une très bonne nouvelle. Et pourtant les échos provenant d’outre-atlantique n’étaient guère engageants. Le film y a connu de sévères déconvenues et s’est attiré les foudres de la presse qui l’a cloué au pilori. Michael Mann aurait t-il raté son retour? Aurait t-il perdu de sa superbe et son cinéma serait t-il désormais devenu obsolète? Fort heureusement non et il faut avouer que l’on a un peu de mal à comprendre comment le film a pu être vilipendé de la sorte. Certes Hacker souffre de maladresses et n’est pas parfait mais un film de Michael Mann, même imparfait est déjà largement au-dessus du lot. On y retrouve avec un immense plaisir les marottes thématiques et visuelles chères au cinéaste, des ambiances nocturnes au réalisme toujours pointu qu’il affectionne mais aussi cet esthétisme flamboyant et lyrique qu’il parvient toujours à restituer avec un talent unique. Bien entendu, on y retrouve surtout le style coup de poing du réalisateur et sa maestria inégalable pour filmer les fusillades et en faire des œuvres d’art à part entière ainsi que le héros caractéristique de l’univers Mann, à savoir un type revenu de tout, prêt à tout lâcher dans l’instant si les évènements l’y conduisent à l’instar de James Caan dans Le Solitaire, de  Robert de Niro dans Heat et dans une moindre mesure de Colin Farrell dans Miami Vice. Là où le bât blesse quelque peu c’est que ce héros est interprété par Chris Hemsworth qui, s’il n’est pas mauvais, manque quand même sacrément de charisme dès lors qu’on lui retire le marteau de Thor des mains (exception faite de Rush il est vrai). Cela s’avère dommageable pour l’empathie que l’on est sensée ressentir pour le personnage dont le côté lisse n’aide pas à la vraisemblance de ses rocambolesques aventures, mais une fois avalée cette couleuvre somme toute anecdotique et hormis quelques longueurs ça et là qui gênent quelque peu le récit en le complexifiant à outrance, Hacker est un vrai grand moment de cinéma.

HACKER 1

Michael Mann y démontre à nouveau un savoir faire dément pour filmer les grandes mégalopoles de nuit, une habileté à ce que sa caméra soit toujours d’une fluidité confondante à l’image de ce plan qui ouvre le film, figurant la traversée d’un signal dans les entrailles informatiques. D’emblée nous voici plongés au cœur même du hacking et cette immersion vertigineuse participe grandement au plaisir ressenti. Le rythme sinusoïdal du film est dû entre autres à des scènes où les personnages tapent des lignes de codes sur leurs ordinateurs présentant peu d’intérêt cinématographiquement parlant (mais nécessaires à l’avancée de l’intrigue et au centre du sujet). Au delà de quelques longueurs superflues, on l’a dit, Michael Mann nous gratifie de quelques scènes d’action dantesques qui ne pourront qu’emballer tant leur traitement s’avère grandiose et il magnifie l’Asie en proposant des plans d’une beauté saisissante. Chris Hemsworth et ses partenaires (Viola Davis, Tang Wei ou Leehom Wang…) tout au service de leur réalisateur ne sont que les rouages d’un cyber-thriller prenant, dont les montées d’adrénaline sont à n’en pas douter parmi les plus puissantes que l’on ressentira au cinéma en 2015.

hacker

Titre Original: BLACKHAT

Réalisé par: Michael Mann

Casting: Chris Hemsworth, Tang Wei, Viola Davis,

Leehom Wang, Holt McCallany, John Ortiz

Genre: Thriller, Action

Sortie le: 18 mars 2015

Distribué par: Universal Pictures International France

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

Publicités

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s