Critiques Cinéma

LA FRENCH (Critique)

3,5 STARS TRES BIEN

LA FRENCH AFFICHE

SYNOPSIS: Marseille. 1975. Pierre Michel, jeune magistrat venu de Metz avec femme et enfants, est nommé juge du grand banditisme. Il décide de s’attaquer à la French Connection, organisation mafieuse qui exporte l’héroïne dans le monde entier. N’écoutant aucune mise en garde, le juge Michel part seul en croisade contre Gaëtan Zampa, figure emblématique du milieu et parrain intouchable. Mais il va rapidement comprendre que, pour obtenir des résultats, il doit changer ses méthodes.

Commençons par ce qui fâche! Parfois, on attend tellement de certains films, on les porte tellement en haute estime avant même de les avoir vus, que la déception, même légère, finit presque inévitablement par pointer le bout de son nez. C’est le cas avec La French dont les premières images nous avaient littéralement bluffées et dont on espérait tout bas qu’il soit tout en haut de notre échelle de notation. Ce n’est pas le cas et ce pour différentes raisons. La faute à quelques longueurs qui parsèment le récit, induites par certains silences qui semblent parfois artificiels. La faute à un Benoit Magimel, comme toujours très bon mais qui devrait s’interdire de lui-même tous les rôles avec accents (comme dans Cloclo), ce qui finit par plomber l’authenticité d’un personnage assez passionnant sur le papier. La faute aussi à un Cédric Jimenez dont le travail est certes bluffant, mais dont les hommages conscients ou non à ses idoles est parfois un poil trop appuyé. Et pourtant, malgré ces quelques réserves, La French est parfois un film réellement brillant, qui démontre que le jeune metteur en scène qui n’en est qu’à sa son second film (après Aux Yeux de Tous en 2012) est capable d’envolées visuelles impressionnantes par lesquelles il parvient à s’inscrire dans la droite lignée des auteurs de polars les plus prestigieux, de Henri Verneuil à Olivier Marchal.  Librement inspiré de faits réels, La French aborde un pan de l’histoire criminelle française qui défraya la chronique en son temps, à savoir la lutte du Juge Michel dans la ville de Marseille contre la French Connection et son représentant local Gaëtan Zampa. Cette histoire, qui donna aussi lieu en 1984 au film Le Juge de Philippe Lefebvre avec Jacques Perrin et Richard Borhinger, possédait tous les éléments dramaturgiques à une fresque criminelle de haut vol.

LA FRENCH 1

Grâce à un scénario rondement mené, bien qu’il prenne des libertés avec la réalité, Cédric Jimenez et sa co-scénariste Audrey Diwan mènent leur barque à bon port et livrent un film foisonnant, avec quelques longueurs mais une réalisation inspirée et franchement impressionnante pour un si jeune cinéaste. Le film déploie une qualité formelle indéniable, grâce à une reconstitution précise et impeccable. La violence qui surgit ça et là n’est jamais trop ostentatoire, ni trop esthétisante mais brute et sans fioritures ce qui n’empêche pas Cédric Jimenez de composer certains plans de toute beauté et d’être magnifiquement aidé par une lumière et une photo signée Laurent Tangy, du plus bel effet. Le réalisateur est vraiment très doué et il démontre un savoir faire assez fou, mais au-delà d’une mise en scène au cordeau, la reconstitution d’époque est aussi très soignée et contribue à conférer au film un côté vintage qui lui sied à merveille. Furieusement moderne bien qu’étant un film inscrit dans l’époque à laquelle il se déroule, La French, possède une bande originale des plus inspirées qui emballe certaines séquences et leur imprime un rythme et un tempo bien particulier. Grâce à son casting enfin, Cédric Jimenez sort également l’artillerie lourde. Jean Dujardin livre une composition intense et très subtile et il est parfait dans l’abnégation ou l’émotion. Gilles Lellouche joue lui très bien sur la dualité de son personnage qui bascule entre froideur et accès de fureur, Céline Salette dans le rôle ingrat sur le papier de la femme du juge est impeccable dans les émotions et la justesse de jeu! Mélanie Doutey a elle, trop peu de choses à défendre pour aller au delà de la caricature tandis que Guillaume Gouix continue lui d’épater la galerie par son naturel et sa gouaille! Reste un goût d’inachevé et la sensation d’être passé à côté d’un immense film. Mais La French reste largement dans le haut du panier de notre production hexagonale ce qui en soit, est déjà une excellente nouvelle.

LA FRENCH AFFICHE

Titre Original: LA FRENCH

Réalisé par: CEDRIC JIMENEZ

Casting: Jean Dujardin, Gilles Lellouche, Céline Salette,

Guillaume Gouix, Mélanie Doutey, Benoît Magimel…

Genre: Drame

Sortie le: 03 Décembre 2014

Distribué par: Gaumont Distribution

3,5 STARS TRES BIENTRÈS BIEN

Publicités

3 réponses »

  1. J’ai plus aimé que toi, car je suis arrivé sur le film sans attentes particulières. C’est fou comme en prenant de front tous les clichés que ce film trimballe (film d’époque, décors, costumes, personnages caricaturaux de Marseillais, etc..) Jimenez parvient à s’en libérer et à nous livrer un film efficace et plus subtil que ce à quoi on aurait pu s’attendre. Et je suis aps d’accord pour Magimel, pour une fois qu’il joue un gangster avec talent, on va pas se plaindre ! 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s