Critiques Cinéma

MEA CULPA (Critique)

4,5 STARS TOP NIVEAU

mea culpa affiche

Le tweet de sortie de projo

tweet mea culpa

SYNOPSIS: Flics sur Toulon, Simon et Franck fêtent la fin d’une mission. De retour vers chez eux, ils percutent une voiture. Bilan : deux victimes dont un enfant. Franck est indemne. Simon, qui était au volant et alcoolisé, sort grièvement blessé . Il va tout perdre. Sa vie de famille. Son job de flic. Six ans plus tard, divorcé de sa femme Alice, Simon est devenu convoyeur de fonds et peine à tenir son rôle de père auprès de son fils Théo qui a désormais 9 ans. Franck, toujours flic, veille à distance sur lui. Lors d’une corrida, le petit Théo va être malgré lui le témoin d’un règlement de compte mafieux. Très vite, il fera l’objet de menaces. Simon va tout faire pour protéger son fils et retrouver ses poursuivants. Le duo avec Franck va au même moment se recomposer. Mais ce sera aussi pour eux l’occasion de revenir sur les zones d’ombre de leur passé commun.

Le film de genre qui avait cours dans notre pays pendant des années est en berne depuis un bon moment. Depuis que le cinéma est devenu une affaire de pseudos talents boursouflés d’ego pour qui il ne serait être question de se commettre dans  des productions ancrées dans des genres dits mineurs. Heureusement, quelques cinéastes continuent inlassablement de fourbir leurs armes et tentent de replacer le film de genre à une place qu’il n’aurait jamais dû quitter. C’est le cas notamment d’Olivier Marchal qui a révolutionné le polar made in France et à qui l’on doit une partie de l’idée originale de Mea Culpa. Idée que Fred Cavayé a repris en partie pour réaliser la synthèse de ses deux premiers films, Pour Elle et A Bout Portant et réunir à l’écran ses deux acteurs principaux, Vincent Lindon et Gilles Lellouche. Pour le coup, Cavayé qui s’était déjà illustré comme l’un de nos meilleurs cinéastes d’action avec deux films haletants, pousse le curseur encore plus loin et livre une petite bombe d’adrénaline, 1H30 complétement folle qui nous laisse sur le carreau. Mais loin de ne reprendre que les codes de ses deux premiers essais, il propose en filigrane une histoire poignante d’amitié et de culpabilité ce qui fait sans conteste de Mea Culpa son meilleur film à ce jour.

mea culpa 1

Après Pour Elle et A Bout Portant Fred Cavayé mettait en scène deux types ordinaires obligés de se surpasser alors qu’ils se trouvaient plongés dans des situations extraordinaires qui les dépassaient, Mea Culpa se différencie d’emblée par ses deux personnages principaux, un flic toujours en service et son ex-collègue devenu convoyeur de fonds après un meurtre involontaire. Cette fois, ce sont deux amis aguerris aux enquêtes criminelles et à la violence qui vont devoir se serrer les coudes pour tenter de sauver le fils de l’un deux et en même temps démanteler un gang de mafieux. Après une exposition des personnages et des enjeux et une fois qu’ils nous ont plongés dans cette atmosphère anxiogène, Fred Cavayé et son co-scénariste Guillaume Lemans ne nous lâchent plus d’un pouce jusqu’au générique de fin, enchainant les situations toutes plus rocambolesques les unes que les autres. La force du réalisateur, c’est sa capacité à gérer les scènes d’action avec maestria et à nous impressionner par son efficacité et son talent monstre, qui ne dépareilleraient pas dans une grosse production américaine.

MEA CULPA 2

Mea Culpa, c’est le retour à ces polars à l’ancienne, noirs, violents et teintés ça et là d’un léger humour pour décompresser après des scènes qui vous laissent le souffle coupé. Un vrai film de genre assumé et dont le plaisir semble être le maître mot. On sent qu’après ses deux premiers films, le réalisateur a gagné en maturité et qu’il se sent à même de gérer des séquences de plus en plus impressionnantes, ce qu’il ne se prive pas de faire. Que ce soit avec la fusillade dans la boîte de nuit qui atteint des sommets de tension alors que ça tire dans tous les sens, où bien la scène dans le tgv, qui est l’une des plus réussies en terme d’action, vues depuis des lustres dans un film français, Cavayé démontre tout son talent. Il était temps après le 36 de Olivier Marchal, qu’un cinéaste rue à nouveau dans les brancards pour proposer des gunfights dignes de ce nom et des scènes de baston décomplexées. Sans être forcément très loin des buddy movies traditionnels, sans chercher à révolutionner l’Histoire du cinéma, mais avec un plaisir palpable et une force qui irrigue son récit, Fred Cavayé redonne ses lettres de noblesse au polar et il le fait de main de maître.

MEA CULPA 3

Bien sûr, pour que cela fonctionne, il faut des comédiens investis et prêts à se lâcher corps et âme dans l’action et dans l’histoire humaine qui se déroule sous nos yeux. En choisissant de reprendre ses acteurs, désormais fétiches, de ses deux premiers longs métrages, Fred Cavayé ne s’est pas trompé. Gilles Lellouche a gagné en épaisseur depuis A bout Portant et il incarne avec une belle évidence ce personnage de flic instinctif qui cache des zones d’ombre. Vincent Lindon trouve ici un rôle dans lequel il se glisse avec une facilité déconcertante parvenant à lui donner à la fois son humanité et ses failles, et réussissant à en faire un type badass au possible à la fois totalement convaincant dans l’action brute aussi bien que dans le combat contre ses démons intérieurs. C’est surtout entre les deux acteurs, une belle rencontre de cinéma, un duo qui transpire l’amitié et la sincérité et s’ils s’expriment plus par leurs corps que par leurs mots, ils nous bluffent complètement . Polar nerveux et totalement rafraichissant dans un cinéma français atone lorsqu’il s’agit de sortir l’artillerie lourde, le film est aussi un vrai plaisir de spectateur. D’ailleurs, si quelqu’un doit faire son Mea Culpa, ce n’est surement pas Fred Cavayé, qui nous gratifie  ici d’un polar hard boiled des plus réjouissants.

A lire également la table ronde avec Vincent Lindon et Gilles Lellouche et celle avec Fred Cavayé

Retrouvez moi également dans PODSAC, le podcast cinéma dans le numéro spécial consacré au film!

MEA CULPA AFFICHE MINI

Titre Original : MEA CULPA

Réalisé par: Fred Cavayé

Casting: Vincent Lindon, Gilles Lellouche, Nadine Labaki

Max Baissette De Malglaive, Gilles Cohen, Medi Sadoun….

 

Genre: Thriller, Policier

Sortie le: 05 Février 2014

Distribué par : Gaumont Distribution

4,5 STARS TOP NIVEAUTOP NIVEAU

Publicités

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s