Les kifs de Cliff

Tip/Top (Classement) Les Kifs de Cliff (Guest: CINEDINGUE- PARTIE 1)

Une sélection de films choisie par votre serviteur ou un invité et ce afin de construire un top sans début ni fin, sans hiérarchie, dicté uniquement par l’envie et permettant de livrer en vrac les plaisirs coupables ou non qui ont forgés notre cinéphilie. Forcément subjectifs et ne reflétant qu’une vision parcellaire et personnelle, l’exercice du classement est souvent l’occasion de confrontations enflammées entre cinéphiles. Entre les pour et les contre, les absences inexcusables, les oublis ou le choix de certains titres qui feront hurler les puristes, chacun a son avis, souvent bien tranché… Voici mes kifs, nos kifs,  que nous livrons à la vindicte populaire…

Dans cet épisode:

LES KIFS DE CLIFF

 EPISODE 2

SPECIAL GUEST-STAR
CINEDINGUE

Cyrille, 36 ans, pas toutes mes dents, heureux mari et père de deux enfants géniaux comme moi, dingue de ciné depuis Rox et Rouky à l’âge de 4 ans et complètement esseulé dans ma passion. Conclusion: Cinedingue.com depuis 7 ans pour enfin partager mes impressions sur tout ce qui me passe sous la rétine!

PARTIE 1:

2001, l’Odyssée de l’Espace 

(1968) Stanley Kubrick

two_thousand_and_one_a_space_odyssey_ver2

SYNOPSIS : A l’aube de l’Humanité, dans le désert africain, une tribu de primates subit les assauts répétés d’une bande rivale, qui lui dispute un point d’eau. La découverte d’un monolithe noir inspire au chef des singes assiégés un geste inédit et décisif. Brandissant un os, il passe à l’attaque et massacre ses adversaires. Le premier instrument est né.
En 2001, quatre millions d’années plus tard, un vaisseau spatial évolue en orbite lunaire au rythme langoureux du « Beau Danube Bleu ». A son bord, le Dr. Heywood Floyd enquête secrètement sur la découverte d’un monolithe noir qui émet d’étranges signaux vers Jupiter.
Dix-huit mois plus tard, les astronautes David Bowman et Frank Poole font route vers Jupiter à bord du Discovery. Les deux hommes vaquent sereinement à leurs tâches quotidiennes sous le contrôle de HAL 9000, un ordinateur exceptionnel doué d’intelligence et de parole. Cependant, HAL, sans doute plus humain que ses maîtres, commence à donner des signes d’inquiétude : à quoi rime cette mission et que risque-t-on de découvrir sur Jupiter ?

J’ai choisi ce film tout d’abord parce que Kubrick est clairement mon cinéaste préféré, l’un des rares à ne jamais m’avoir déçu. J’ai choisi celui-là parce que c’est le film qui représente à lui tout seul la force de l’image. En effet, j’ai beau l’avoir vu des dizaines de fois, même si je ne comprends pas tout au film, je reste complètement fasciné ! Et chaque vision me procure un plaisir non seulement renouvelé mais différent! Et puis l’utilisation de la musique de Strauss et Ligety! Et la voix de l’ordinateur Hal 9000! Monumental!

Le Limier

(1972) Joseph L. Mankiewicz

sleuth

SYNOPSIS: Sir Andrew Wyke, un riche auteur de romans policiers anglais, a invité Milo Tindle, un coiffeur londonien d’origine plus modeste, à lui rendre visite dans sa somptueuse résidence, aménagée et décorée avec un art consommé du trompe-l’oeil. Maniaque de l’énigme et de la mystification, cachant mal son mépris pour ce parvenu dont il connaît la liaison avec son épouse Marguerite, Andrew lui propose de simuler un cambriolage pour toucher l’argent de l’assurance. Milo, impressionné par Wyke, accepte…

J’ai vu ce film dans une salle d’art et essai vers 11-12 ans et ce film m’a procuré un plaisir unique. Tout d’abord parce que je découvrais qu’on pouvait passionner le public avec seulement deux acteurs dans une maison pendant 2h20. C’est peut-être aussi le film qui m’a fait prendre conscience de l’importance d’un scénario tant ce récit de manipulation est sans cesse surprenant et les dialogues acérés comme un scalpel. Et c’est peut-être aussi l’un des numéros d’acteurs qui m’a le plus impressionné: Laurence Olivier et Michael Caine sont incroyables! C’est en tout cas le film qui m’a donné envie de découvrir l’œuvre de l’un des plus grands cinéastes, Mankiewicz.

 La Nuit du Chasseur 

(1955) Charles Laughton

night_of_the_hunter

SYNOPSIS: Un prêcheur inquiétant poursuit dans l’Amérique rurale deux enfants dont le père vient d’être condamné pour vol et meurtre. Avant son incarcération, le père leur avait confié dix milles dollars, dont ils doivent révéler l’existence à personne. Pourchassés sans pitié par ce pasteur psychopathe et abandonnés à eux-mêmes, les enfants se lancent sur les routes.

Voilà un film découvert quand j’avais une dizaine d’années grâce au Cinéma de Minuit sur FR3! Comme j’avais lu dans des livres de cinéma que c’était un classique, je ne pouvais rater ça! Le noir et blanc ne m’avait jamais paru aussi beau et Mitchum avec sa gueule en biais et ses yeux qui tombent m’avait bien mis la pétoche! Et puis il y avait cette comptine bien flippante et les tatouages « love/hate » sur les doigts du grand méchant loup! Dommage que Laughton n’ait fait qu’un film!

Chantons sous la pluie

(1952) de Stanley Donen

singin_in_the_rain

SYNOPSIS: Don Lockwood et Lina Lemont forment le couple star du cinéma muet à Hollywood. Quand le premier film parlant sort, tous deux doivent s’accommoder et tournent leur premier film du genre. Si Don maîtrise l’exercice, la voix désagréable de Lina menace le duo. Kathy, une chanteuse, est engagée pour doubler la jeune femme mais celle-ci devient un obstacle entre Don et Lina ce qui n’est pas du goût de cette dernière.

Quand j’étais gosse à Noël, les chaînes de télé nous offraient des vieux films dans lesquels on chantait et on dansait, mais ça c’était avant ! Et un Noël alors que j’avais 6 ou 7 ans, j’ai découvert Chantons Sous la Pluie! Et voir ce gars chanter « I’m singing in the rain » en sautant dans la flotte alors que moi on m’en empêchait toujours, ça m’avait beaucoup plu! Et si je ne saisissais pas forcément le discours sur la disparition du cinéma muet et le sort réservé à ses stars, je vivais ce film comme un enchantement du début à la fin! Depuis, je revois régulièrement le film et il me procure toujours autant de plaisir!

 Les Temps Modernes

(1936) Charles Chaplin

modern_times

SYNOPSIS: Charlot est ouvrier dans une gigantesque usine. Il resserre quotidiennement des boulons. Mais les machines, le travail à la chaîne le rendent malade, il abandonne son poste, recueille une orpheline et vit d’expédients. Le vagabond et la jeune fille vont s’allier pour affronter ensemble les difficultés de la vie…

Ce film de Chaplin est l’un de mes favoris parce qu’il est intemporel et surtout il s’adresse à tous les publics. Je l’adorais quand j’étais enfant parce que des scènes comme l’essai de la machine à nourrir les ouvriers, le passage dans l’engrenage, le plongeon dans l’étant sans eau ou la chanson « Titine » me faisaient mourir de rire. Je l’aime aussi adulte pour les mêmes raisons mais aussi pour son discours social et pour ce magnifique couple Chaplin/Goddard! Et j’aime encore plus depuis que mon fils de 6 ans pleure de rire devant!

A suivre…

Publicités

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s